Lever de soleil au Puy de Pariou

Lever de soleil sur le Puy de Dome depuis les escaliers du Puy de Pariou

Samedi dernier, direction le Puy de Pariou (vous savez, celui qui figure sur les bouteilles de Volvic). Je l’avais repéré la veille lors d’une courte ballade autour du golf d’Orcines avec ma femme et je me suis dit qu’il ferait un beau belvédère pour photographier la lumière du matin sur le Puy de Dôme.

Départ 5h15 à la frontale dans la nuit noire. Un peu comme en haute montagne sauf que seul dans la fôret avec des hurlements de bêtes au loin, ce n’était pas très rassurant… Je ne sais pas quelle bête pouvait hurler comme ça mais c’était très impressionnant. On aurait dit un cerf qui bramait.

J’arrive au sommet vers 6h00 et la nuit se termine, je peux désormais éteindre la frontale. Vers l’est et la plaine de la Limagne, l’horizon commence à prendre de belles couleurs.

Il n’y a guère que l’Est qui soit photogénique pour le moment. Grâce à l’excellent stabilisateur d’image du zoom Nikon 70-200mm f/2.8 VRII, je n’ai pas besoin de sortir le trépied et j’arrive à faire des belles photos à 100 iso à main levée comme celle ci-dessous. C’est beau la technologie…

A mon grand étonnement, je ne suis pas seul au sommet, il y a déjà 6 autres personnes, venues comme moi admirer le lever de soleil de ce beau belvédère. Deux d’entre elles ont bivouaqué au sommet et se lèvent pour venir contempler l’aurore.

Petite clope matinale et contemplation.

Vient ensuite le moment tant attendu. Je me dépêche de rejoindre ce grand et interminable escalier de bois que j’ai emprunté à la montée et qui devrait d’après son orientation bien recevoir le soleil. Cet escalier a été construit pour éviter l’érosion par les randonneurs, comme sur beaucoup d’autres volcans en Auvergne. Malheureusement le point de vue que que j’avais repéré est beaucoup plus bas et je risque de perdre quelques précieuses minutes de soleil le temps de le rejoindre. Tant pis, c’est la lumière qui décide: j’installe donc mon trépied au début des escaliers.

La lumière évolue vraiment à toute vitesse et je me dépêche pour changer de cadrage.

15 minutes après les premières rayons du soleil c’est déjà fini, la lumière a changé et a perdu sa teinte chaude. J’ai vraiment été surpris par la vitesse à laquelle la lumière évoluait en cette saison. Voilà, c’était la composition ci-dessous que j’aurais aimé faire avec les premiers rayons du soleil. C’est raté! Mais bon, pour une sortie « à vue » comme diraient les grimpeurs (c’est à dire sans repérage préalable), je ne me suis pas trop mal débrouillé.

La belle lumière est partie et je décide de faire le tour du cratère du Pariou. J’en profite pour prendre en photo cette montgolfière que j’avais vue se préparer pendant que j’attendais le lever de soleil. Elle a rapidement pris de l’altitude et j’en profite pour la prendre en photo au dessus des monts du Forez avant qu’elle ne s’éloigne.

L’ambiance doit vraiment être particulière depuis là haut, sans aucun bruit. Le « pilote » croisé la veille me disait que la particularité de la montgolfière, c’est que ce n’est pas vous qui décidez où vous allez aller. C’est le vent. On peut juste contrôler la hauteur de la montgolfière.

Un peu plus tard, je la retrouve plus bas et au nord, au dessus de brumes matinales.

Je découvrait cet endroit pour la première fois et il se dégage vraiment une sensation de calme et de paix. Très différent des ambiances alpines, beaucoup plus austères.

Quelques dernières photos du « Dôme » puis il est temps de redescendre. Il est 8h00, ma femme et mon bébé de deux mois m’attendent.

La journée commence.

Catégories :

Auvergne, Montagne, Nature

Étiquettes :

,

Un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :