L’arête des Lanchettes au Dôme des Glaciers

Montée à l'arête des Lanchettes

Le week end du 13-14 juillet 2013, direction les Chapieux, petit hameau à l’entrée de la vallée des Glaciers, d’où on peut accéder en voiture soit depuis le Cormet de Roselend, soit depuis Bourg Saint Maurice. De là nous prenons une navette (obligatoire) qui nous dépose au terminus carrossable: le parking des Lanchettes où un beau troupeau de vaches laitières de race tarine nous attend. Dome des Glaciers et Aiguille des Glaciers

L’objectif du lendemain est entièrement visible, il s’agit de monter au Dôme des Glaciers (3592m) par l’arête des Lanchettes, un itinéraire mixte mêlant passages  en rocher et ne neige aboutissant au pied de l’Aiguille des Glaciers (II/PD-). Fait-il partie du massif du Mont-Blanc, du Beaufortain, voire de la Vanoise de par son accès? Nous allons quand même l’attribuer au massif du Mont Blanc car une fois à son sommet, son appartenance à ce massif ne fait plus aucun doute.Le refuge Robert Blanc (2760m)Derniers retardataires arrivant au refugeLe départ s’effectue depuis le refuge Robert Blanc (2760m) que nous rejoignons la veille en 2h de marche.  La neige était très persistante en ce début de saison (il y a longtemps que je n’avais pas connu ça!), le refuge se retrouvant encore entouré de neige. C’est un très joli petit refuge, avec une belle vue sur la vallée des Glaciers et les sommets de Vanoise, ainsi que sur le Mont Tondu, tout proche. L’accueil y fut excellent, autant que la nourriture.Vue depuis une fenetre du Refuge Robert BlancLe Mont Tondu

Le lendemain, après un lever à 4h30, nous remontons les pentes de neige au dessus du refuge sous les lueurs de l’aube. Montée à l'arête des Lanchettes

Pente d'accès à l'arête des LanchettesLe regel est très bon. Après une passage plus raide (50m à 40°), nous rejoignons le fil de l’arête que nous ne quitterons plus jusqu’au sommet. De l’autre coté, on découvre le glacier de Tré la Tête, avec l’Aiguille de la Bérangère, les Dômes de Miage, Bionnassay, le Mont-Blanc. Malheureusement tout est à contrejour et plongé dans l’ombre donc pas vraiment photogénique. Aiguille de la Bérangère depuis l'arête des LanchettesSur l'arête des Lanchettes.

Le parcours de l’arête est facile et ludique, quelques passages en neige venant apporter une touche esthétique et nous permettant de tester nos qualités d’équilibristes. Sur l'arête des Lanchettes

Après avoir rejoint le col des Glaciers, les passages rocheux se font plus raides et aériens sur le passage dit des « trois gendarmes ».Passage rocheux sur l'arête des LanchettesSur le fil de l'arête des Lanchettes

On rejoint alors la croupe neigeuse ourlée de petites corniches et qui mène au sommet du Dôme des Glaciers. La vue sur l’arête et sur la vallée est magnifique.Arête des Lanchettes et vallée des Glaciers

Une fois le sommet rejoint, nous décidons de poursuivre et remontons ensuite une pente de neige pour rejoindre une épaule à la base de l’Aiguille des Glaciers, vers 3700m. L’arête qui en part mène à la Lée Blanche et aux Aiguilles de Tré la Tête. Le panorama sur le Mont-Blanc et le versant italien est splendide et valait bien ce petit effort supplémentaire. Malgré un voile atmosphérique marqué, on devine le Cervin et le Mont Rose à l’horizon. 14072013-Panorama_Aiguille_des_Glaciers-950Vue sur les Aiguilles de Tré la Tête et le Mont Blanc

Il est ensuite temps de redescendre, le glacier des Glaciers est bien crevassé et nous ne souhaitons pas attendre que le neige ramollisse trop, bien que les crevasses soient bien bouchées en cette saison. La descente est très rapide avec cette neige, et nous rejoignons le parking en moins de 3h après avoir quitté le sommet.Les glacier des Glaciers et la vallée des GlaciersSur le glacier des GlaciersLa vallée des Glaciers

Une réflexion sur “L’arête des Lanchettes au Dôme des Glaciers

  1. Nous y étions 15 jours plus tard, c’est vrai que c’est une belle course ! Merci pour les photos qui rappelent de très bons souvenirs.

Les commentaires sont fermés.