Mes 10 plus belles photos de 2013

Voici une rétrospective de l’année 2013. C’est un travail intéressant que de devoir choisir 10 images et pas une de plus. Même en étant très sélectif, ma short-list en comprenais déjà 16. Choisir c’est difficile et forcément subjectif. Mais c’est un exercice intéressant qui permet de ne retenir que la substantifique moëlle.

Je vous livre donc ces dix photos par ordre chronologique. Toutes ne sont pas forcément celles que je considère les plus plus belles, mais elles m’ont toutes marqué d’une manière ou d’une autre, que ce soit par la beauté de l’image ou bien la force du moment et de ce que j’ai ressenti.

Si l’une vous plait, sachez qu’elles sont disponibles à la vente sous forme de tirages d’art.

1. On commence avec une photo en noir et blanc un peu abstraite, prise l’hiver dernier. Le blanc, le noir, l’homme, la nature, le doux, le dur, la vie, la mort, la liberté, la captivité. Beaucoup de choses qui s’opposent dans cet image très graphique, prise l’hiver dernier après une chute de neige. Prise dans les conditions de « jour blanc, sans contraste, sans ombres, ces plantes séchées comme venues de nulle part semblent flotter dans l’image et se jouer des fils barbelés.Photo abstraite noir et blanc

2. Toujours de la neige mais cette fois-ci changement de décor et direction les glaciers de Haute-Maurienne en ski de randonnée au printemps. Ici nous remontions en direction du col du Grand Méan avec les séracs bleutés du glacier du même nom pour nous tenir compagnie, dans une ambiance vaporeuse et inquiétante à cause du brouillard. La nature sauvage à l’état pur.

Ski de randonnée sur le glacier du Grand Méan

3. Nouveau changement de saison avec une images prise cet été sur les Hauts Plateaux du Vercors, avec ici une belle vue sur le Mont Aiguille. J’ai découvert cette partie du massif seulement cette année et ce fut une révélation. Les paysages sont à couper le souffle, on se sent véritablement transporté, avec l’impression d’être parti en voyage dans un autre pays. Un endroit sauvage et superbe.Vercors et Mont Aiguille

4. Un bien bel endroit que ce plan de l’Alpe dans le massif des Ecrins. En recourant au noir et blanc, j’ai voulu montrer la rudesse des paysages de l’Oisans, fait d’eau, de pierres, de glaces et d’abruptes faces rocheuses. Ses sommets de ne laissent pas facilement approcher. Contrairement au massif du Mont Blanc, il est dénué de toute remontée mécanique et les marches d’approche sont longues. Ces sommets des Ecrins, on les mérite, on se les gagne à la force des mollets, comme ici en toile de fond la Roche Faurio (3730m, qui fut mon premier sommet en alpinisme sans guide, en 2003).Le Plan de l'Alpe

5. L’année 2013 fut aussi pour moi la découverte d’une nouvelle discipline: la photo de nuit. Les capteurs numériques des réflex numériques modernes permettent, associés à un bon objectif, de capter le moindre photon nocturne et d’obtenir des images spectaculaires de la voûte céleste. Le plus difficile pour ce type d’image étant de trouver un endroit à l’écart de la pollution lumineuse des villes, en espérant d’avoir un ciel dégagé. Ici une photo de la voie lactée au dessus de l’Aiguille Verte et des Aiguilles de Chamonix. En voyant ces myriades d’étoiles, les planètes et autres galaxies, on se sent vraiment minuscule sur Terre. Cela nous remet à notre place et nous fait réaliser ce qu’on est, c’est à dire pas grand chose. Voie lactée et aiguille Verte

6. Le lac des Chéserys. Ma première sortie photo avec bivouac. C’était en 2002, j’avais à l’époque un appareil argentique (un F100 chargé en diapositives Velvia) et nous étions montés là haut avec un ami pour faire des photos. Pas uniquement pour faire des photos car nous avions prévu de faire d’une pierre deux coups en escaladant d »aiguillette d’Argentière, un peu plus bas. Je crois que je me souviendrai encore longtemps du poids des sacs… 11 ans après, c’est en version super light que j’ai fait cette photo de coucher de soleil, avec juste un petit sac photo et un sandwich. Le prix à payer étant de rentrer de nuit au parking à la lumière de la frontale sur 900m de dénivelé.Coucher de soleil au lac des Cheserys

7. L’été s’est terminé dans les Pyrénées du côté de Font Romeu. J’ai guetté les belles lumières sur la Cerdagne en me levant tôt plusieurs fois et à la 4ème, j’ai été récompensé par un superbe lever de soleil. Cela valait le coup de persévérer.Lever de soleil Cerdan

8. Nous voici en automne et ce jour jour là, j’avais décidé de partir en mission commando: lever à 4h du matin, départ de Lyon à 4h30 afin d’être sur les rives du lac du Pontet avant le lever de soleil vers 7h00, du côté du col du Lautaret. J’avais repéré ce lac cet été, c’est un endroit très photogénique où la Meije se reflète dans les eaux lacustres. Ce matin là, j’ai été accueilli par un vent très fort, un froid de canard pas assez froid (+2°C) car en guise de flocons de neige, c’était de la pluie qui tombait sur mon pare-brise. J’ai bien failli ne pas sortir de la voiture. Dans un élan de motivation, et absolument sans aucun espoir, sauf celui de me prendre une bonne rincée, j’ai quand même tenté ma chance. Et j’ai découvert une chose nouvelle ce jour là: le fait que l’on pouvait faire de superbes images même par un temps pourri. Je me revois en train d’essayer d’essuyer en vain des gouttes de pluie sur mon filtre et me demandant qu’est-ce que je fichais là ici tout seul à me les cailler et à tremper mon matériel. Mais une fois rentré chez moi j’étais vraiment content des images!Ambiance automnale à la Meije

9. Novembre 2013, 6h00 du matin, après une nuit fraîche au refuge des Drayères mon collègue Eric et moi nous habillons chaudement et partons à la lueur des frontales en direction du lac Long dans le massif des Cerces. Il n’y a absolument personne dans la montagne à des kilomètres à la ronde et nous somme bien loin de toute civilisation. Le silence est d’une qualité exceptionnelle. Les premières neiges ont déjà bien blanchi le sol mais l’hiver n’as pas encore glacé le lac. Il n’y a aucune trace à part les nôtres. Nous hésitions à nous approcher trop du lac, de peur de polluer avec nos traces cette neige intacte.  Après quelques minutes d’attentes, le soleil arrive et caresse de ses rayons dorés les cimes des Cerces enneigées. Un moment magnifique. Panorama enneige massif des Cerces enneige avec un lac

10. A chaque fois que je regarde cette image, elle me fait un peu penser au Mordor dans le film le Seigneur des Anneaux. Une terre faite de pointes effilées, de lumières de fin du monde et de nuages menaçants. Ici dans les Alpes, point de volcan mais une ambiance mystérieuse ce matin là, avec de beaux contrastes et de belles couleurs. Dans le lointain, les Aiguilles d’Arves et la Meije semblent se dresser telles les tours d’une forteresse. 15122013-JO0_1792-900s

11. Oui j’ai été faible, je n’ai pas réussi à n’en garder que 10. Mais comment ne pas vous faire partager ce moment où, ce soir là de décembre 2013, depuis un sommet peu fréquenté du massif des Bauges, j’ai assisté un un magnifique spectacle peu après le coucher du soleil. Une belle mer de nuage venant de l’ouest est venue s’écraser sur le massif. Coulant à flots à travers les cols, elle allait inexorablement recouvrir les sommets et nous engloutir dans un épais brouillard à la redescente. Quel plaisir de se trouver là haut à contempler ce spectacle. Pour reprendre une expression du guide et alpiniste Gaston Rébuffat, ce soir là j’avais le sentiment d’être à ma place.Fin de journee sur les Bauges depuis la pointe de Banc Plat

4 réflexions sur “Mes 10 plus belles photos de 2013

  1. Tiens je ne les avais pas toutes vues !
    Mes préférées sont les 3 dernières ; et entre ces 3 ça devient très difficile, mais je crois que si je n’en gardais qu’une ce serait la dernière. Comme quoi heureusement que tu en as mis 11 ! 😉

Les commentaires sont fermés.