Neige dans les Bauges et belles ambiances

Les massif des Bauges, situé en Savoie, est finalement un endroit assez sauvage en hiver. Voici quelques images épurées d’arbres sous la neige prises durant l’hiver 2016 après un belle chute de neige au dessus d’Ecole sous le Mont de la Coche.

Ces images sont disponibles en tirages d’art.

Randonnée en hiver au Plan de la Limace (massif des Bauges)

Lever de soleil sur le Mont Colombier. Massif des Bauges.Quand le risque d’avalanche est élevé, le Plan de la Limance (qui est nom d’une crête et de quelques ruines de chalet) est un plan sûr du massif des Bauges. C’est certes peu skiant mais le panorama est superbe. La montée se fait dans la forêt parsemée de clairières et de chalets avant de déboucher sur un plateau et une jusqu’au fameux lieu dit.

Lever de soleil sur le Mont Colombier en hiver. Massif des Bauges.Lever de soleil en hiver sur les Rochers de la Bade. Massif des Bauges.Ski de randonnée au Plan de la Limace. Massif des Bauges.Skieur dans la poudreuse dnas uen clairière. Massif des Bauges.

Le moins que l’on puisse dire c’est que la journée fut très variée question ambiances. Après un lever de soleil aussi beau qu’inespéré sous une épaisse couche nuageuse, je peu à peu été gagné par ces mêmes nuages, donnant un effet de « jour blanc » et comme vous pourrez le constater des photos vraiment très épurées et esthétiques qui se passent de commentaires.

Ci-dessous une sélection d’images où la beauté et la simplicité de la nature . Elles se prêtent très bien à de beaux tirages d’art. Si vous êtes intéressés, n’hésitez pas à me contacter.

(cliquez sur une des images pour les voir en grand)

Lever de soleil hivernal au Pas de la Balme (Vercors)

Panorama depuis sur le Pas de la Balme et la barriere Est du Vercors au lever de soleil en hiver. Parc Regional Naturel du Vercors.Le Pas de la Balme se situe sur la barrière Est du Vercors, immense muraille qui s’étale depuis Grenoble et le Moucherotte jusqu’au Mont-Aiguille et au-delà. Il est facilement accessible au randonneur depuis la station de Corrençon-en-Vercors.

Ce matin là de mars 2015, c’est ni plus ni moins accompagné de Jean-Luc Augier et Matthieu Rieux, deux talentueux photographes grenoblois dont je vous invite à visiter les sites internet, que je me rend à ce spot bien connu des photographes de montagne. Mais en tant que novice, c’est pour moi une première à cet endroit.

 Après un lever à pas d’heure, j’ai RDV vers 4h00 avec mes deux compagnons au nord de Grenoble avec qui je fais route jusqu’à Corrençon. Après nous être équipés de skis de randonnée, nous nous élançons vers 5h dans la nuit noire, à la lueur de nos frontales. Nous ne sommes pas spécialement en avance sur l’horaire… le soleil se lève vers 7h15 et nous avons 850m à gravir.

Le plateau de Font d'URle en hiver au dessus des nuages. Vu depuis le Pas de la Balme. Parc Regional Naturel du Vercors.

200m sous le sommet, voyant que cela va vraiment être limite pour l’heure rose (les 30 minutes précédent le lever de soleil), Matthieux décide de passer la deux et nous laisse littéralement sur place.

Après s’être bien mis au taquet, nous finissons par arriver au point de vue convoité, où Matthieu nous attend et a déjà attaqué les prises de vue.

Panorama en hiver au pas de la Balme, Vercors.Heureusement pour nous notre sprint a porté ses fruits et nous arrivons in extremis pour saisir cette belle lumière qui précède l’aube. Pas le temps de trainer, il faut sortir le matériel et être efficace sur la prise de vue.

Aurore et mer de nuages en Vercors sous la neige l'hiver. Parc Regional Naturel du Vercors.Le spectacle est absolument sensationnel. Une mer de nuages recouvre le Trièves à l’Est, laissant les sommets de la barrière Est du Vercors saupoudrés de neige dépasser dans toute leur splendeur. A l’ouest, le plateau glacé de Font d’Urle et ses formes douces se dresse également au dessus de la brume.

Le plateau de Font d'URle en hiver au dessus des nuages. Vu depuis le Pas de la Balme. Parc Regional Naturel du Vercors.Vue panoramique l'hiver sous la neige sur le Vercors et le Grand Veymont sous la neige et mer de nuages. Parc Regional Naturel du Vercors.Lever de solei lsur le Grand Veymont et la barriere Est du Vercors. Parc Regional Naturel du Vercors.Quelques minutes plus tard, le soleil commence à se lever. Il est légèrement voilé et baigne les sommets d’une douce lueur. Pour les couleurs rouges spectaculaires, il faudra repasser. Aujourd’hui la sortie était sous le signe de la douceur.

Neige sculptee par le vent dans le Vercors. Parc Regional Naturel du Vercors.Vers 9h, des images plein les têtes et les cartes mémoires, il est temps de redescendre, ce n’est pas qu’on ne serait pas restés plus longtemps mais nous commençons à nous refroidir à rester là sans bouger. Nous nous laissons glisser sur nos skis et repassons sous couche nuageuse, où nous profitons d’une toute autre ambiance pour prendre quelques images d’arbres givrés et enneigés.Arbres recouvert de givre l'hiver. Parc Regional Naturel du Vercors.

Sapins sous la neige et rochers ocre. Parc Regional Naturel du Vercors.Arbres givres sous la brume. Parc Regional Naturel du Vercors.Arbres givres sous la brume. Parc Regional Naturel du Vercors.Eclaircie et sapins enneiges. Parc Regional Naturel du Vercors.

Ski de randonnée au Grand Mont d’Arêches – Beaufortin

Skieur en descente dans le beaufortin face au Mont-Blanc. Grand Mont.Situé dans le massif du Beaufortin en Savoie, le Grand Mont d’Arêche culmine à 2686m d’altitude et domine la petite station de ski d’Arêches-Beaufort.

On peut rejoindre son sommet très facilement en ski de randonnée, en prenant les remontées mécaniques de la station de ski d’Arêches jusqu’à environ 2300 sous le col de la Forclaz. Il ne reste alors qu’environ 1h30 de montée à peaux de phoques sur un itinéraire facile et propice à l’initiation pour rejoindre son sommet d’où l’on jouit d’une vue magnifique à 360°, avec un superbe panorama sur le Mont-Blanc.

Rien de tel que cette petite sortie entre amis pour se remettre en jambe en janvier dernier. Ciel bleu, soleil, poudreuse, ce fut une vrai petit régal!

Photos de nuit dans le massif des Cerces

Voie lactée au dessus du lac Rond en hiverVoici quelques images prises en novembre dernier dans le massif des Cerces. Partis avec un ami photographe dans la haute vallée de la Clarée, nous avons d’abord rejoint le refuge des Drayères puis le lac Long, situé juste sous le seuil des Rochilles.

Cet endroit a de particulier d’être vraiment très loin de toute zone habitée, avec corollairement extrêmement peu de pollution lumineuse. Ceci est très propice à l’astrophotographie puisque aucune autre source lumineuse que les étoiles ne vient polluer la luminosité ambiante. En d’autres termes il faisait vraiment nuit noire et c’était la première fois que je voyais un ciel aussi étoilé.Ciel étoilé sur la Pointe des Blanchets et le lac Rond

Il ne faisait pas spécialement chaud ce jour là. Sans doute « seulement » -3 ou -4°C mains avec un vent assez vif, accentuation la sensation de froid. Rejoindre le lac Rond fut assez épique car il y avait suffisamment de neige pour effacer toute trace de sentier mais pas encore assez pour pouvoir progresser à raquettes ou à skis. En traversant un replat marécageux, mon ami Eric est malheureusement passé à travers un pont de neige qui recouvrait un ruisseau et est tombé dans l’eau jusqu’à mi-cuisse, comme dans une crevasse sur un glacier. Je me voyais déjà rebrousser chemin et rentrer à la voiture mais en solide montagnard il a décidé de continuer jusqu’au lac.

Arrivés sur place peu après le coucher de soleil, il a fallu attendre plus d’1h30 sans vraiment bouger que la nuit soit bien noire pour pouvoir faire nos photos. Une espèce de casemate 2x2m nous a servi de refuge de fortune pour nous protéger du vent qui était vraiment frigorifiant malgré notre équipement.06112013-Abri_Lac_Rond-950sDébut de nuit sur le lac Rond, Cerces

La voie lactée était assez peu lumineuse, elle l’est nettement plus en été. Elle était néanmoins bien visible avec à la clé quelques images intéressantes avec le lac Rond en premier plan.Voie lactée au dessus du lac Rond

Après environ 1h de prises de vue et le froid nous gagnant petit à petit à force de rester immobiles, nous avons rejoint le refuge situé à une bonne heure de marche d’ici, où nous avons continué à faire quelques images de la vallée de la Clarée, avec une belle vue sur les Pléiades, ce petit amas d’étoiles particulièrement dense, bien visible sur les images. Voie lactee et Pleiades au dessus du vallon des MuandesAmbiance nocturne au refuge des Drayeres


L’absence quasi totale de luminosité (pas de lune ou de pollution lumineuse) rendait les conditions de prise de vue assez délicates, m’obligeant à utiliser les sensibilités très élevées (jusqu’ 6400 iso), mais avec à la clé une voûte céleste constellée d’une myriade d’étoiles comme j’en ai rarement vues. Ce n’est que vers environ 22h30 que nous sommes mis au chaud (environ 5°C…) dans le refuge avant de prendre une bonne soupe chaude et de nous endormir.
La voie lactee vue depuis le refuge des DrayeresValle de la Claree de nuit

Lever de soleil au sommet du Moucherotte en hiver

Lever de soleil en hiver sur la barriere du Vercors et le Pic Saint Michel au sommet du MoucherotteDes images hivernales au lever du soleil sur les crêtes du Vercors: cela faisait un petit moment que je guettais les bonnes conditions, à savoir neige fraiche, ciel dégagé, et mer de nuages à la bonne hauteur. Et cette journée de mars 2014 était parfaite, juste avant que l’anticyclone ne s’installe durablement et fasse fondre la neige des arbres.Massif de la Chartreuse entoure de nuages matinaux

Après avoir repéré les lieux en famille la semaine avant (et oui, je n’étais encore jamais monté au Moucherotte!), il a fallu partir de nuit à la frontale avant d’arriver en haut avant le lever de soleil. C’est le prix à payer pour obtenir de belles lumières si l’on ne souhaite pas bivouaquer sur place.Panorama hivernal et arbres enneiges

Le sommet du Moucherotte s’atteint facilement en 1h45 de marche depuis Lans en Vercors. Il est aussi possible de partir depuis St Nizier, option que je testerai sans doute une autre fois car plus directe malgré un dénivelé plus important. Ce jour au sommet, les arbres étaient totalement plâtrés par la neige, séquelles de la dernière perturbation.sapin enneige en hiverLever de soleil et teintes pastel au Moucherotte en hiver - panorama

Moucherotte avec un petit air de Ben NevisAube au Moucherotte dans le vercors. Teintes pastel avant le lever de soleil.Panorama et mer de nuages depuis le MoucherotteLa demi-heure précédant le lever de soleil est très photogénique, avec de superbes teintes pastel s’accordant parfaitement à la couleur de la neige. En face, les sommets de Chartreuse tentaient de s’extirper des brumes matinales alors que l’agglomération grenobloise restait couverte par la mer de nuages.Le lever de soleil ne fut pas le plus mythique que j’ai connu mais j’ai quand même eu droit à de belles lumières sur la barrière Est du Vercors, avec en particulier le Pic Saint Michel, second bastion au sud du Moucherotte.Premiers rayons du lever de soleil depuis le sommet du MoucherotteLever de soleil au Moucherotte en hiverPremiers rayons au sommet du MoucherotteLever de soleil sur les plateaux du Vercors dans les nuagesPremiers rayonsMer de nuage hivernale au MoucherottePanorama sur le Vercors et mer de nuages depuis le MoucherottePuis les belles couleurs s’en s’en sont allées, laissant place à une lumière plus classique. Encore quelques photos de pins chargés par la neige et un petit coup d’oeil au Trois Pucelles et il était déjà l’heure de revenir au parking en me laissant glisser sur mes skis.

Lever de soleil sur les cretes du Moucherotte dans le vercorsVue panoramique sur le Vercors vu depuis le MoucherotteLe Pic Saint Michel en hiver vu depuis le MoucherottePaysage hivernalLes Trois Pucelles en hiver au dessus des nuagesLes Trois Pucelles et la ChartreuseLes Trois Pucelles en hiverPanorama des Trois Pucelles en hiver

Mes 10 plus belles photos de 2013

Voici une rétrospective de l’année 2013. C’est un travail intéressant que de devoir choisir 10 images et pas une de plus. Même en étant très sélectif, ma short-list en comprenais déjà 16. Choisir c’est difficile et forcément subjectif. Mais c’est un exercice intéressant qui permet de ne retenir que la substantifique moëlle.

Je vous livre donc ces dix photos par ordre chronologique. Toutes ne sont pas forcément celles que je considère les plus plus belles, mais elles m’ont toutes marqué d’une manière ou d’une autre, que ce soit par la beauté de l’image ou bien la force du moment et de ce que j’ai ressenti.

Si l’une vous plait, sachez qu’elles sont disponibles à la vente sous forme de tirages d’art.

1. On commence avec une photo en noir et blanc un peu abstraite, prise l’hiver dernier. Le blanc, le noir, l’homme, la nature, le doux, le dur, la vie, la mort, la liberté, la captivité. Beaucoup de choses qui s’opposent dans cet image très graphique, prise l’hiver dernier après une chute de neige. Prise dans les conditions de « jour blanc, sans contraste, sans ombres, ces plantes séchées comme venues de nulle part semblent flotter dans l’image et se jouer des fils barbelés.Photo abstraite noir et blanc

2. Toujours de la neige mais cette fois-ci changement de décor et direction les glaciers de Haute-Maurienne en ski de randonnée au printemps. Ici nous remontions en direction du col du Grand Méan avec les séracs bleutés du glacier du même nom pour nous tenir compagnie, dans une ambiance vaporeuse et inquiétante à cause du brouillard. La nature sauvage à l’état pur.

Ski de randonnée sur le glacier du Grand Méan

3. Nouveau changement de saison avec une images prise cet été sur les Hauts Plateaux du Vercors, avec ici une belle vue sur le Mont Aiguille. J’ai découvert cette partie du massif seulement cette année et ce fut une révélation. Les paysages sont à couper le souffle, on se sent véritablement transporté, avec l’impression d’être parti en voyage dans un autre pays. Un endroit sauvage et superbe.Vercors et Mont Aiguille

4. Un bien bel endroit que ce plan de l’Alpe dans le massif des Ecrins. En recourant au noir et blanc, j’ai voulu montrer la rudesse des paysages de l’Oisans, fait d’eau, de pierres, de glaces et d’abruptes faces rocheuses. Ses sommets de ne laissent pas facilement approcher. Contrairement au massif du Mont Blanc, il est dénué de toute remontée mécanique et les marches d’approche sont longues. Ces sommets des Ecrins, on les mérite, on se les gagne à la force des mollets, comme ici en toile de fond la Roche Faurio (3730m, qui fut mon premier sommet en alpinisme sans guide, en 2003).Le Plan de l'Alpe

5. L’année 2013 fut aussi pour moi la découverte d’une nouvelle discipline: la photo de nuit. Les capteurs numériques des réflex numériques modernes permettent, associés à un bon objectif, de capter le moindre photon nocturne et d’obtenir des images spectaculaires de la voûte céleste. Le plus difficile pour ce type d’image étant de trouver un endroit à l’écart de la pollution lumineuse des villes, en espérant d’avoir un ciel dégagé. Ici une photo de la voie lactée au dessus de l’Aiguille Verte et des Aiguilles de Chamonix. En voyant ces myriades d’étoiles, les planètes et autres galaxies, on se sent vraiment minuscule sur Terre. Cela nous remet à notre place et nous fait réaliser ce qu’on est, c’est à dire pas grand chose. Voie lactée et aiguille Verte

6. Le lac des Chéserys. Ma première sortie photo avec bivouac. C’était en 2002, j’avais à l’époque un appareil argentique (un F100 chargé en diapositives Velvia) et nous étions montés là haut avec un ami pour faire des photos. Pas uniquement pour faire des photos car nous avions prévu de faire d’une pierre deux coups en escaladant d »aiguillette d’Argentière, un peu plus bas. Je crois que je me souviendrai encore longtemps du poids des sacs… 11 ans après, c’est en version super light que j’ai fait cette photo de coucher de soleil, avec juste un petit sac photo et un sandwich. Le prix à payer étant de rentrer de nuit au parking à la lumière de la frontale sur 900m de dénivelé.Coucher de soleil au lac des Cheserys

7. L’été s’est terminé dans les Pyrénées du côté de Font Romeu. J’ai guetté les belles lumières sur la Cerdagne en me levant tôt plusieurs fois et à la 4ème, j’ai été récompensé par un superbe lever de soleil. Cela valait le coup de persévérer.Lever de soleil Cerdan

8. Nous voici en automne et ce jour jour là, j’avais décidé de partir en mission commando: lever à 4h du matin, départ de Lyon à 4h30 afin d’être sur les rives du lac du Pontet avant le lever de soleil vers 7h00, du côté du col du Lautaret. J’avais repéré ce lac cet été, c’est un endroit très photogénique où la Meije se reflète dans les eaux lacustres. Ce matin là, j’ai été accueilli par un vent très fort, un froid de canard pas assez froid (+2°C) car en guise de flocons de neige, c’était de la pluie qui tombait sur mon pare-brise. J’ai bien failli ne pas sortir de la voiture. Dans un élan de motivation, et absolument sans aucun espoir, sauf celui de me prendre une bonne rincée, j’ai quand même tenté ma chance. Et j’ai découvert une chose nouvelle ce jour là: le fait que l’on pouvait faire de superbes images même par un temps pourri. Je me revois en train d’essayer d’essuyer en vain des gouttes de pluie sur mon filtre et me demandant qu’est-ce que je fichais là ici tout seul à me les cailler et à tremper mon matériel. Mais une fois rentré chez moi j’étais vraiment content des images!Ambiance automnale à la Meije

9. Novembre 2013, 6h00 du matin, après une nuit fraîche au refuge des Drayères mon collègue Eric et moi nous habillons chaudement et partons à la lueur des frontales en direction du lac Long dans le massif des Cerces. Il n’y a absolument personne dans la montagne à des kilomètres à la ronde et nous somme bien loin de toute civilisation. Le silence est d’une qualité exceptionnelle. Les premières neiges ont déjà bien blanchi le sol mais l’hiver n’as pas encore glacé le lac. Il n’y a aucune trace à part les nôtres. Nous hésitions à nous approcher trop du lac, de peur de polluer avec nos traces cette neige intacte.  Après quelques minutes d’attentes, le soleil arrive et caresse de ses rayons dorés les cimes des Cerces enneigées. Un moment magnifique. Panorama enneige massif des Cerces enneige avec un lac

10. A chaque fois que je regarde cette image, elle me fait un peu penser au Mordor dans le film le Seigneur des Anneaux. Une terre faite de pointes effilées, de lumières de fin du monde et de nuages menaçants. Ici dans les Alpes, point de volcan mais une ambiance mystérieuse ce matin là, avec de beaux contrastes et de belles couleurs. Dans le lointain, les Aiguilles d’Arves et la Meije semblent se dresser telles les tours d’une forteresse. 15122013-JO0_1792-900s

11. Oui j’ai été faible, je n’ai pas réussi à n’en garder que 10. Mais comment ne pas vous faire partager ce moment où, ce soir là de décembre 2013, depuis un sommet peu fréquenté du massif des Bauges, j’ai assisté un un magnifique spectacle peu après le coucher du soleil. Une belle mer de nuage venant de l’ouest est venue s’écraser sur le massif. Coulant à flots à travers les cols, elle allait inexorablement recouvrir les sommets et nous engloutir dans un épais brouillard à la redescente. Quel plaisir de se trouver là haut à contempler ce spectacle. Pour reprendre une expression du guide et alpiniste Gaston Rébuffat, ce soir là j’avais le sentiment d’être à ma place.Fin de journee sur les Bauges depuis la pointe de Banc Plat

Intermède hivernal

OppositionsAyant pris énormément de retard dans le tri et le traitement de mes photos (j’ai surtout pris du temps pour en prendre et sortir en montagne), je ne suis pas en mesure de vous proposer d’images récentes. Mais rassurez vous, cela va venir!

Pour patienter, je vous propose de revenir sur une image prise cet hiver, et qui recadrée de la sorte donne je trouve un résultat très graphique et esthétique. Une ambiance hivernale douce et dure à la fois, joyeuse et austère. Avec la présence de l’élégance de la nature et celle, plus brutale de l’homme et de ses fils barbelés.

Je précise pour ceux qui se poseraient la question qu’il ne s’agit pas de photomontage (d’ailleurs vous n’en verrez jamais chez moi). Simplement la présence de trois éléments, la neige, le végétal et le métal, une lumière très diffuse ce jour ayant fait disparaitre toutes les ombres.

Image dans Réponses Photo!

Le Géant des Tempetes au Fournelmagazine-reponses-photo-0257-aout 2013

 

Il y a deux mois au bureau, mon portable sonne et surprise: 

« Bonjour, c’est Renaud Marot du magazine Réponses Photos, nous avons sélectionné une de vos photos pour le concours « Couleurs » du prochain numéro, il s’agit d’une personne faisant le grand écart sur une structure blanche et j’aimerais avoir des détails sur les conditions de prise de vue. »

Donc c’est fait, cette photo de Bruno sur la dernière longueur du Géant des Tempêtes est publiée dans la rubrique « vos photos à la une » du numéro d’août 2013 et a remporté le 2ème prix de la catégorie couleur!

 

 

Donc pour la petite histoire, le Géant des Tempêtes est une cascade de glace de plusieurs longueurs située au fond du Vallon du Fournel dans les Hautes Alpes, il s’agit du célèbre cigare de la dernière longueur (5+), qui pend d’une belle voûte de rocher.

En ce jour de février 2011, le sommet prenait le soleil, et une ouverture au sommet laissait jaillir l’eau. D’un point de vue photographique c’était certes très esthétique, mais je vous garantit que nous n’en menions pas large… La structure reposait néanmoins sur une énorme base bien stable, ce qui ne nous a pas empêché de grimper comme sur des oeufs. En second, j’ai tâché de ne pas donner un seul coup de piolet, tout en crochetages et en délicatesse…Le Géant des Tempêtes au Fournel (5+)

La chaîne du Carlit (Capcir)

Le Pic Carlit

Lumières du matin sur sur la chaîne du Carlit, point culminant du Capcir et des Pyrénées Orientales à 2921m d’altitudes. Une magnifique lumière rose comme l’hiver en a le secret. Vraiment content de m’être levé ce matin là!La chaine du CarlitLe Pic Carlit

D’autres vues des hauts sommets du Capcir, avec la belle pyramide du Pic Péric.Les Pics PéricAube sur le Capcir

Et on retourne sur le Carlit pour terminer.Le Pic CarlitLa chaine du Carlit

Le village de Bolquère (Pyrénées Orientales)

Quelques photos hivernales du village de Bolquère dans les Pyrénées Orientales avec de belles lumières.
Bolquere

Le Pic du Canigou (2786m), sommet emblématique des Pyrénées Orientales, qui ici domine la vallée de la Têt, reçoit les derniers rayons de lumière.BolquereBolquereBolquere

 

Le village de Llo (Cerdagne)

Le village de LloCette belle soirée de février 2013 fut, avec son atmosphère bien dégagée, à un beau coucher de soleil sur le village de Llo. En effet, depuis notre petit appartement de Font-Romeu, j’avais repéré que le village restait éclairé par le soleil couchant tard le soir, ce qui augurait de belles couleurs.

Après avoir déposé Madame aux bains de Llo (petit site thermal au bord du Sègre, jouissant d’une source où l’eau sort à 35°C), je me mis en quête d’un point de vue dégagé sur le village, les ruines de la tour médiévale et la chapelle San Feliu qui surplombe le village quelques 300m plus haut.

Après avoir crapahuté dans tous les sens sur les hauteurs du village sans trouver de point de vue exempt d’arbres, j’ai trouvé un endroit (qui je tiendrai secret cette fois-ci car sur un terrain privé) permettant une vue imprenable. C’était vraiment in extremis, d’ailleurs tellement que j’avais oublié de passer le boitier en Raw, toutes mes images étant alors prises en jpeg sur le plus petit format…

Voici néanmoins le résultat.Le village de Llo
Etonnament, l’éclairage public donnait une ambiance très similaire à la lumière du soleil.

Le village de LloLe village de Llo2013_02_13_Cerdagne-950

Le Petit Canada (Font-Romeu)

Voici un petit havre de paix que l’on ne soupçonne pas en empruntant la route menant de Mont Louis à Font-Romeu. Et pourtant, après seulement 10 minutes de marche, on arrive à ce superbe lieu où la Têt, se frayant un passage au milieu des pins à crochets, donne effectivement un air de petit Canada.

En plus en ce jour là de février 2013, la couche de neige donnait vraiment à cet endroit un air de forêt canadienne.Le petit Canada a Font RomeuLa Tet et le Cambre d'Aze

Allez, je vous donne le secret et l’accès.

Sur la route menant de Mont Louis à Font-Romeu, se garer à droite sur un petit parking au niveau du point coté 1643m sur la carte IGN. De là, une sente NNO même en quelques minutes à la rivière, que l’on peut suivre jusqu’au Pla de Barrès et beaucoup plus loin (je ne suis pas allé au delà de la Jaças del Plas).

Coucher de soleil hivernal au plateau de la Calme, Font-Romeu, Cerdagne

Voici quelques photos prises en février 2013, période où la neige fut très abondante, au plateau de la Calme à Font-Romeu. Après avoir erré un bon moment en quête d’un bon point de vue dégagé que je n’ai pas trouvé à cause de ces nombreux sapins, c’est finalement le ciel qui s’est embrasé et qui a donné un très beau spectacle ce soir là.

Température -7°C avec du vent, il ne faisait pas bien chaud!

En parlant du vent, voici son travail dans la neige.Le travail du ventLe travail du ventLa suite est un festival de eaux nuages éclairés par le soleil couchant, sur fond de Pic dels Moros, un beau belvédère dominant la Cerdagne.Coucher de soleil du le pic dels MorosLa CalmePlateau de la Calme et pic dels Moros

Dernière lueur dans les nuages.2013_02_12_1974-950

La suite avec la Cerdagne et la Molina en toile de fond.Panorama Cerdagne2013_02_12_1981-9502013_02_12_1987-950

Petit et grand

Dans le même esprit que la série précédente, mais cette fois-ci en couleur.   20130211_1783-95020130211_1788-95020130211_1787-950

Coucher de soleil sur l’Aiguille de Bionnassay

Ces photos ont été prises fin décembre 2012, au dessus de St Nicolas de Véroce.

Cela faisait plusieurs fois que j’espérait prendre des photos de ce versant du Mont Blanc au coucher du soleil et le moins que l’on puisse dire c’est que j’ai été servi. Les nuages étaient de la partie et donnaient une belle ambiance aux Dômes de Miage et à l’Aiguille de la Bérangère.Dôme de Miage et Aiguille de la Bérangère

L’aiguille de Bionnassay (4052m) était cachée par les nuages, j’ai bien cru qu’ils allaient ne pas bouger, mais le miracle a fini par se produire, laissant apparaitre ce sommet de plus de 4000m trônant tel un géant himalayen au dessus de la vallée.Aiguille de Bionnassay

Je trouve que cette face ouest la met vraiment en valeur, c’est un vrai beau sommet qui domine, alors que sous d’autres points de vue elle est généralement écrasée par ses voisins le Dôme du Gouter et le Mont Blanc. Depuis l’ouest, l’Aiguille de Bionnassay se détache vraiment et forme un grand sommet bien individualisé. Sur la photo ci-dessous, on distingue dans l’ombre le Truc, lieu prisé des randonneurs, qui relégué 2200m plus bas ne forme qu’une petite bosse blanche insignifiante au dessus des sapins.Aiguille de BionnassayAiguille de BionnassayCe point de vue permet également un beau panorama sur les Dômes de Miage, l’Aiguille de la Bérangère et le Mont Tondu, mais en cette fin décembre, le soleil ne fait que lécher les sommets sans les éclairer vraiment. Seul le sommet de l’Aiguille de la Bérangère (ci-dessous) reçoit une belle lumière.Aiguille de la Bérangère

La lumière du soleil couchant a ensuite permis aux couleurs rouges et roses de donner leur maximum d’intensité, avant de décliner progressivement, laissant place à une ambiance plus douce et poétique, aux tons pastels.Aiguille de BionnassayAiguille de BionnassayAiguille de Bionnassay

Sur la photos ci-dessous, la dernière avant que la lumière ne disparaisse pour de bon, on distingue le sommet du Mont Blanc. C’est la bosse de neige débonnaire à gauche, également éclairée par le soleil. Quand je vous disait que depuis ce point de vue, la reine c’est Bionnassay!Aiguille de Bionnassay

En partant, j’ai même eu la chance d’assister à un beau lever de lune au dessus du col du Tricot.Lever de lune au col du TricotLever de lune

Quelques panoramiques pour terminer cette série qui m’aura laissé un souvenir mémorable.Aiguille de BionnassayLes Dômes de MiageAiguille de Bionnassay

Lueur éphémère sur les Drus

Ce soir de décembre 2012, le coup de projecteur fut très bref et localisé sur la face ouest. Une belle ambiance hivernale. C’est d’ailleurs à se demander si c’est la couleur de la lumière ou celle du rocher…

Lueur hivernale sur les DrusLueur hivernale sur les DrusLueur hivernale sur les Drus

 

La montagne en noir et blanc

Aiguille Verte et la luneTirages professionnels en noir et blanc de photos de montagne. Vous trouverez ci-dessous une sélection d’images disponibles à la vente. Pour plus de détails et pour commander, reporter vous à la page dédiée aux tirages d’art.

D’autres images sont également visibles dans mon portfolio N&B.

L’Aiguille des Deux Aigles (Aiguilles de Chamonix).Montagne pointue et effile dans la brume l'Aiguille des Deux AiglesLes Dômes de Miage.

Les Domes de MiageLa Pointe Percée sous la neige (Aravis).Photo de montagne en noir et blanc sous la neige

Les Drus dans les nuages.

Les Drus

Chalet de montagne au dessus des Communailles à St Gervais.Un chalet dans les bois au dessus des Communailles à St Gervais

Coucher de soleil sur l’Aiguille Verte2012_12_24_Verte7

Les Aiguilles de Chamonix.Les Aiguilles de Chamonix

Les Fiz et le col d’Anterne.Les Fiz sous la neige

La vallée de l’Arve.La vallée de l'Arve

Traces de lièvre variable.Traces de lievre variable

Contrastes.Contrastes

Aube sur les Aravis

Sur la route de Saint-Gervais à Megève, l’aube se lève sur les Aravis et les pare de belles couleurs pastel.2012_12_27Pano_Aravis-1000

Ici l’Ambrevetta  (à gauche) et le Mont Fleuri (à droite), avec les chalets des Bénés au premier plan.2012_12_29_Aravis_Ambrevetta-1000-2

Derrière, la Verte et les Droites chauffent aussi.2012_12_29_Verte-1000Je ne me lasse pas de ces belles et douces teintes.2012_12_29_Aravis_Ambrevetta-1000-3

 

Alpage de la Charme et coucher de soleil depuis le sommet du Prarion

Ce 24 décembre 2012 le vent souffait fort sur l’arête du Tricot et l’Aiguille de Bionnassay.Vent sur l'arete du Tricot

Heureusement, dans la vallée, nous étions abrités. Voici quelques photos prises lors d’une randonnée qui a débuté au village de Bionnassay à partir duquel nous avons rejoins le col de la Voza.Un Chalmet au dessus du village de Bionnassay

Nous avons ensuite rejoint l’alpage de la Charme est un véritable havre de paix, préservé des remontées mécaniques de la station de ski des Houches, pourtant toutes proches.

C’est un lieu bucolique avec un joli chalet, à partir duquel on a une très belle vue à 270°, depuis les sommets des Aiguilles de Chamonix jusqu’aux aiguilles de Varan.L'alpage de la CharmeVue sur les Fiz depuis l'alpage de la CharmeVallée de l'Arve depuis la Charme

Disposant d’un moyen de locomotion plus rapide que mes compagnons (j’étais en skis et eux en raquettes), la randonnée s’est poursuivie pour moi jusqu’au sommet du Prarion, un belvédère de choix que je ne connaissait pas. La vue y est tout à fait exceptionnelle et le lieu est sauvage, même si là encore les piste de ski ne sont pas loin.Sommet du PrarionLe Mont Blanc vu du PrarionGouter, Mont Blanc et Bionnassay

Je suis arrivé sur place vers 15h et la lumière commençait à se réchauffer, notamment sur les Aiguilles de Varan (ci-dessous).Aiguilles de Varan

Puis la lune s’est levée au dessus de l’Aiguille Verte, un très joli moment.Aiguille Verte et la luneVu que j’avais commencé à attendre, j’ai décidé de persévérer afin de voir comment la lumière allait évoluer. Je poireautais donc environ 1h, seul avec les choucas. Il ne faisait pas froid du tout. Vers 16h15 cela a commencé à devenir intéressant du côté de la Verte.Aiguille Verte

L’Aiguille du Chardonnet était également fort bien éclairée.Aiguilles du Tour et du Chardonnet

C’était vers 16h30 que la lumière fut la plus belle. Aiguille Verte

J’avoue que j’étais quand même un peu déçu car le ciel était chargé de nuages à l’ouest au dessus des Aravis. Ces nuages ont bloqué les beaux rayons lumineux. Coucher de soleil sur les Aravis

Je sais qu’en hiver les montagnes peuvent se parer d’un rouge profond au coucher du soleil lors des dernières minutes de lumière. J’avais espéré ce moment mais tant pis, j’ai du me résigner à redescendre. Un dernier coup d’oeil sur le Chardonnet avant que quelqu’un n’éteigne la lumière…Aiguilles du Tour et du Chardonnet

J’ai donc rejoins du mieux que j’ai pu le refuge du Prarion qui marque le sommet des piste de skis des Houches. La descente dans les bois dans une soupasse immonde fut mémorable… Après une courte remontée, je rejoignais les pistes de ski. Cela fait bizarre de se retrouver absolument tout seul au sommet des piste, lieu d’habitude grouillant de monde.

C’est là que le miracle est arrivé. Il était 17h00 et les derniers rayons du soleil ont réussi à filtrer à travers les nuages, venant baigner les sommets de la Verte et du Chardonnet d’une belle lueur rougeâtre. Je n’en croyais pas mes yeux. C’était plus qu’inespéré!Coucher de soleil sur la vallée de Chamonix

Je me dépêchait donc de ressortir le matériel du sac et de faire quelques photos. Coucher de soleil sur l'Aiguille du Gouter

L’épisode a duré exactement 2 minutes et la lumière s’en est allée. J’ai eu vraiment de la chance car 5 minutes plus tôt j’étais en train de remonter les skis à la main car j’étais descendu par gravité un peu trop bas versant Saint Gervais et je n’avais alors strictement aucun point de vue sur la vallée. La fait du bien au moral un coup de chance de temps en temps!2012_12_24_Chardonnet3-9502012_12_24_Verte7-950

Clic-clac, merci Nikon, je rechaussais mes skis et en seulement 15 minutes j’étais à ma voiture à Bionnassay. Même pas eu besoin de sortir la frontale. Il faut bien que les pistes de skis servent à quelque chose!

Pour terminer, voici une version en noir et blanc issue de cette série. Aiguille Verte et la lune